A la découverte des Ciné-Archives

Si nous avons voulu fonder Revus et Corrigés, c’était certes pour avoir le privilège de revenir sur les classiques, mais aussi pour explorer, découvrir, contribuer à faire connaître des patrimoines autres, éventuellement moins sous le feu des projecteurs, et qui gagnent pourtant tout autant à être reconnus. Nous avons été invités à découvrir les Ciné-Archives, n’étant autre que la Cinémathèque du Parti Communiste Français, recelant près de 90 ans de films et documents cinématographiques autour des engagements socialistes et ouvriers. Une part d’histoire politique et culturelle qui a tout intérêt à être redécouverte, mission des Ciné-Archives, devenues également éditeur vidéo.

DSC09054-2L’occasion d’avoir un rendez-vous au 2, place du Colonel Fabien, dans le célèbre bâtiment construit par  Oscar Niemeyer, pour rencontrer Maxime Grember et Marion Boulestreau, en charge de l’association. Fondée il y a vingt ans, l’association Ciné-Archives prend le relai d’Uni/Ci/Té, la société de production du Parti Communiste qui avait créé un secteur Archives pour sauvegarder, valoriser et diffuser les nombreuses créations engagées dans toute cette histoire politique, sociale, urbaine et cinématographique du XXème siècle.

Cette activité de recherche et de restauration met en avant des films institutionnels dédiés aux grands moments de l’Histoire et commandés aux plus célèbres artistes comme Jean Renoir ou Jean-Paul Le Chanois, des films amateurs documentant les causes locales, ou encore les productions un peu trop engagées pour le PCF de l’époque, rangées dans des boîtes sous de fausses étiquettes, et donc oubliées ou égarées.

Depuis la création du Front Populaire en 1936, et surtout après la guerre, le cinéma français est très mobilisé, syndiqué, politisé, parmi les techniciens et aussi pas mal de vedettes. Il existait même un bureau pour les vedettes engagées, c’était le bureau syndical V. On pouvait y trouver Jean Marais, Simone Signoret, Bernard Blier […]. Le cinéma militant répondait à la production du cinéma français. Il y a avait une vraie volonté de capter la période.

Les Ciné-Archives nourrissent les productions audiovisuelles, documentaires, les recherches politiques et cinématographiques ou encore sociales et urbaines, de la richesse de leur fonds. Grâce à leur site internet, aussi plateforme VOD, chacun peut plonger dans les nombreuses thématiques qui traversent cette période et leur collection.

ciné archives L'humaMais depuis 2015, l’association s’est aussi engagée dans l’édition avec des coffrets livre-DVD, et un premier succès, « La Terre fleurira », l’histoire du journal L’Humanité en 11 films, à travers la vie du journal, les fêtes et le sport, tous ces événements qui rassemblaient la population.

Regroupant, fictions, documentaires et actualités, Ciné-Archives a fait revivre en 2016 la Grande Histoire avec « La Vie est à nous. Le Temps des cerises, et autres films du Front Populaire », œuvre collective dirigée par Jean Renoir. On y trouve les deux films en tête du coffret de Renoir (1936) et Le Chanois (1937), mais également La Grande espérance, de Jacques Becker (1937) ou Les Bâtisseurs de Jean Epstein (1938), ainsi qu’un dizaine d’autres films, et un livre.

la-vie-est-a-nous-renoir
L’équipe du film La Vie est à nous, de Jean Renoir, en 1936.

Ivry Gagarine

Les amateurs d’urbanisme, d’architecture et de festivités ne sont pas en reste avec une histoire de la capitale du communisme français et un coffret qui lui est dédié, « Vivre à Ivry », réalisé en partenariat avec la ville d’Ivray-sur-Seine. 17 films d’archives vous embarquent dans les grandes années de la banlieue rouge de 1935 à 1976.

Le dernier coffret en date « Grands soirs et Beaux lendemains » parcourt le cinéma militant de la Libération et de la Guerre froide en 1945 et 1956. Nous y reviendrons très prochainement !

ciné archives DVD.jpg

Propos recueillis par Eugénie Filho et Marc Moquin.